Passe-temps | Musique

Des chansons inspirées de la vie au travail

Nous passons une bonne partie de notre vie à nous rendre au travail, à bosser ou à penser au boulot. Peu étonnant que tant de chansons portent sur ce thème.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Jeune femme portant des écouteurs, alors qu'il travaillait au bureauCes chansons populaires, qui ont pour thème le monde du travail, donneront du rythme à votre journée. (Shutterstock/fizkes)

Parmi les sujets qui inspirent le plus les paroliers de chansons, le boulot n’est peut-être pas aussi populaire que l’amour, l’argent ou les autos, mais il revient quand même assez souvent. Et tout comme les chansons parlent le plus souvent d’histoires difficiles, celles qui abordent la réalité du travail ne sont pas toujours des plus jojos. Patrons mesquins, collègues malveillants, maigre paye, bureaux sans âme... tout y passe.

Voici quelques-unes de nos chansons préférées sur le thème du travail, tirées de la culture pop anglophone.

I DON’T WANT TO WORK TODAY (2018)
Clark Ford

Il n’y a pas de message profond dans cette toune amusante et enlevante du parolier Clark Ford, né en Californie. Le protagoniste de la chanson, en proie à la lassitude, rêve de se faire porter pâle pour une journée : “Maybe I’ll call in sick/Crawl back into bed/Pull the covers over my head/Just wanna hit snooze one more time/Close my eyes and drift off.”

Même si ce tire-au-flanc sait qu’il ne doit pas risquer d’être congédié, parce qu’il perdrait tout (ce à quoi aucun comptable n’applaudirait!), il déplore à quel point le travail pénible et ingrat atteint parfois son moral : “Adulting is way too hard/Who invented it anyway?/All I want is one day off/Can’t I have one every day?” De façon tout à fait appropriée, la piste YouTube est agrémentée d’une photo d’un chien affalé qui fixe la caméra d’un air abattu.

FOR THE WORKFORCE, DROWNING (2003)
Thursday

Certains affirment que le groupe Thursday (originaire du New Jersey) a été fortement influencé par le band post-punk Joy Division – une influence qu’on détecte en effet dans cette pièce « émo ». La prestation a des relents de cris primaux qui enterrent les paroles, lesquelles, d’ailleurs, révèlent une poésie sombre : “Don’t let me drown before the workday ends/Nine to five! Nine to five!/And we’re up to our necks/Drowning in the seconds/Ingesting the morning commute/Lost in a dead subway sleep.”

Un critique musical a déjà dit que cette chanson fait paraître le travail de bureau comme le dur labeur dans une mine de charbon, au XIXe siècle – une comparaison que la plupart des employés de bureau, comptables compris, trouveront probablement exagérée. Quoi qu’il en soit, ces bardes peu reposants se sont attiré leur part d’admirateurs. À preuve, un commentaire vu sur YouTube : « J’étais un ado quand j’écoutais cette pièce de musique, et me voilà un salarié d’une grande entreprise américaine. J’ai toujours aimé cette toune, mais là, elle m’interpelle vraiment [sourires]. »

GOIN’ TO WORK (1993)
Martina McBride 

À la différence du 9 to 5 de Dolly Parton (voir ci-après), qui évoque les déboires d’une travailleuse, cette chanson country présente le travail comme une échappatoire salutaire pour une femme au cœur brisé : “There’s one part of my life I won’t let you tear down/Yeah and that’s my work – right now I’m goin’ to work.../Oh I got to stay busy that’s the only way/Throw myself into my business and collect my pay.”

Cette chanson figure sur le deuxième album de la chanteuse country pop, The Way That I Am. Martina McBride y déploie tout son registre soprano, sur des paroles qui ne laissent pas indifférent. On l’a même surnommée « la Céline Dion de la musique country ». Avec les envolées et les passages langoureux dans cette chanson, on comprend pourquoi.

9 TO 5 (1980)
Dolly Parton

Dans ce classique de la musique country, écrit pour le film 9 to 5, Dolly Parton exploite son nasillement inimitable et son ton guilleret pour parler d’une employée de bureau dont le patron désobligeant lui vole de l’argent ou prend tout le crédit (“Workin’ 9 to 5, what a way to make a livin’/Barely getting’ by, it’s all takin’ and no givin’”). Et Mme Parton va plus loin, car tout comme une bonne comptable, elle comprend la valeur des placements à long terme : “Waitin’ for the day your ship’ll come in/An’ the tide’s gonna turn and it’s all gonna roll your way.”

La chanson lui a valu une nomination aux Academy Awards et deux Grammys (« Best Country Song » et « Best Country Vocal Performance, Female »). C’est l’un des premiers tubes des années 1980 à rendre hommage aux travailleurs américains (travailleuses, surtout) touchés par les difficultés économiques. Mentionnons au passage le succès de Donna Summer, She Works Hard for the Money (un classique du disco; 1983) et la trame sonore du film Quand les femmes s’en mêlent (Working Girl), sorti en 1988.

Écoutez la liste de lecture :

TAKIN’ CARE OF BUSINESS (1974)
Bachman-Turner Overdrive (BTO)

Pour tous les travailleurs de bureau qui auraient envie de se lancer un jour à leur compte, ce classique de la musique rock, écrit par le musicien canadien Randy Bachman, pourrait bien finir de les convaincre. La chanson dépeint la situation cauchemardesque d’un banlieusard navetteur qui, extirpé de son sommeil par son réveille-matin, court prendre le train de 8 h 15 pour le centre-ville : “There’s a whistle up above/And people pushin’, people shovin’/And the girls who try to look pretty/And if your train’s on time/You can get to work by nine.”

Dans les paroles, on note que l’auteur suggère de laisser tomber cette vie fade et de faire comme lui, c’est-à-dire de devenir un musicien pigiste qui « ne fout rien de sa journée ». (Mais comme le dirait tout comptable, ça ne met pas de beurre sur la table.) Takin’ Care of Business est devenue l’une des pièces les plus connues et les plus populaires du groupe BTO. Bachman lui-même l’utilise comme indicatif pour son émission de radio traitant de musique (diffusée sur CBC Radio), intitulée Vinyl Tap.

A HARD DAY’S NIGHT (1964)
The Beatles

Comme le titre l’évoque, cette chanson iconique du groupe rock britannique raconte l’histoire d’un homme complètement vanné après avoir travaillé dur toute la journée et parfois même la nuit. Cette drôle de combinaison de mots aurait été inspirée d’un commentaire que le batteur Ringo Starr a exprimé un jour en entrevue : « Je suis sorti en pensant que c’était encore le jour, pour m’apercevoir qu’il faisait sombre et que c’était la nuit. »

Même si le protagoniste, dans la chanson, travaille comme un âne et dort comme un loir (une réalité que connaissent bien des gens, y compris les comptables), il n’en est pas moins enthousiaste, sachant qu’il retrouvera sa bien-aimée, de retour chez lui. Caractérisée par une ouverture aux accords de guitares stridents et un refrain accrocheur, cette toune a trôné aux palmarès peu après sa sortie, tant au Royaume-Uni qu’aux États-Unis.

BIG BOSS MAN (1960)
Jimmy Reed

Cette chanson du genre blues à 12 mesures a d’abord été enregistrée par Jimmy Reed, puis a été reprise par de nombreux interprètes, notamment Elvis Presley, B. B. King et Junior Reid (la version de Reid fait partie de la trame sonore du populaire film La folie du travail, ou Office Space, paru en 1999). Le groove de guitare, endiablant, et les paroles provocantes, ont su opérer leur effet sur un large public.

Dans la chanson, Al, homme travaillant et assoiffé, souhaite que son parton lui donne de l’eau à boire, mais sa demande bien compréhensible se heurte à une sourde oreille. Peu étonnant, donc, que le bon Al devienne contrarié et rebelle : “Well you ain’t so big, you know/You’re just tall that’s all.” En fin de compte, comme tout bon salarié qui se respecte et qui finit par en avoir marre, il décide de changer d’employeur : “I’m gonna get me a boss man/One that’s gonna treat me right/I work hard in the day time/Rest easy at night.” En 1990, la chanson a été intronisée au Blues Hall of Fame.

LAISSEZ-VOUS INSPIRER, CET ÉTÉ

Voyez aussi notre liste de chansons dont le titre fait référence à des chiffres ainsi que nos suggestions de balados intéressants à ajouter à votre liste d’écoute. Envie de lire? Choisissez un livre parmi nos suggestions de lectures estivales.